Road trip en Californie, Los Angeles & les plages

 

Ce n’est qu’une fois rentrée de Colombie que je prends le temps de m’attaquer à ce fabuleux voyage en Californie. Maintenant vous me connaissez j’ai du mal à être régulière, à écrire mes récits une fois rentrée, mais alors là je bas tous les records. Des mois après, plusieurs pays après je me décide enfin à vous raconter ce road trip en Californie, que j’ai tant aimé. Peut être que l’envie d’y retourner me donne cette furieuse envie d’écrire et de vous raconter qui sait.

Alors, je vous préviens ça risque d’être un peu long, et il risque d’y avoir plusieurs articles histoire que ce soit un peu plus digeste pour vous ! Peu de bonnes adresses, parce qu’avec le temps qui passe ce n’est peut être plus d’actualité, mais des photos à gogo ! C’est aussi ma façon de faire vivre ces clichés, au lieu de les laisser au fond de mes tiroirs virtuels de disques durs.

 


Organiser un road trip en Californie, points pratiques

Je vous ai préparé une carte pour vous donner une idée du parcours, pour vous aider également à vous situer. Nous avons démarré du Sud vers le nord jusqu’à San Francisco, pour ensuite aller au Yosemite et au Sequoia National parks, puis à Las Vegas et au Grand Canyon, des endroits merveilleux qui me laissent de beaux souvenirs impérissables.

Alors pour la petite histoire, on a loué une voiture que l’on a tout de suite récupérée à l’aéroport, une grande voiture familiale un peu style Van, avec projet de dormir dedans comme de vrais roots un peu en mode freestyle je vous l’accorde, mais c’était tellement chouette ! La première nuit on a dormi dans un hôtel pas cher, mais un peu miteux, bruyant, puant, un souvenir comique, qui m’a convaincue que cette voiture serait ma deuxième maison ! Le lendemain on a vite filé au Walmart du coin pour acheter l’équipement camping et foncer à l’aventure visiter Los Angeles et les plages aux alentours.

  • Se rendre en Californie : On a pris l’avion depuis Paris avec une escale à Londres, j’ai réservé mon billet sur Easyvoyage pour trouver un billet intéressant en terme de tarifs. On a payé environ 800€ chacun sans vraiment s’y prendre à l’avance, c’était très correct pour la période.
  • Visa : Pour entre aux USA il faut prendre un visa (même pour une escale) l’ESTA qui coûte 14$.
  • Location de voiture : On a loué la voiture (Dodge Grand caravan, parce que les sièges arrières se rabattent à l’intérieur du plancher) sur le site Autoescape avec le loueur Alamo. Pour plus de trois semaines de road trip on a pris une assurance en plus, pour avoir l’esprit plus libre au cas ou, parfois il vaut mieux être prévenant.
  • Le Routard : Est ton ami ! Pourquoi ? Parce qu’il était rempli de bonnes adresses de campings, ça nous aura sauvés plus d’une fois !
  • Maps.me : L’application idéale pendant ce road trip, à condition de télécharger les cartes en amont. Mais elle nous a été bien utile !
  • Walmart : grand magasin généraliste avec pleins de choses pas chères (tout est relatif on est aux States!), de la nourriture au matériel un peu technique. Je vous en parle car on y a acheté notre matériel pour transformé notre caisse en maison roulante décente. Le bonus de ce magasin c’est qu’à cette époque ils autorisaient les camping-car et vans à dormir sur leur parking et ça c’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd ! Et petit bonus, je captais le wifi depuis mon lit King Size sur le parking !
  • Équipement :

TOTAL : Environ 200$

 


Venice beach en Californie, folie Américaine

 

Excités à l’idée de découvrir Venice Beach, on a filé dès le premier jour directement là bas, comme des gamins, et surtout impatients de voir le coucher de soleil sur une plage mythique de Californie, l’image d’épinale Américaine, la petite cabane de sauveteurs, la mer, le soleil, bref on est kitsch ! Et on a pas été déçus du détour, cet endroit est à la fois dingue, poétique, sportif, et il est exactement comme je m’étais imaginé les États Unis. J’ai aimé flaner, observer les gens, les endroits tous aussi fous les uns que les autres, ces originaux qui dansent dans la rue, les skateurs qui sautent et font leurs figures au dessus du coucher de soleil c’est juste sublime.

 

 

 

Je ne peux que vous recommander de passer par cet endroit et tous les nombreux blogs de voyages en parlent aussi. C’était une pause hors de temps, loin de l’agitation de la grande ville de Los Angeles, un moment unique que je ne revivrais pas de si tôt. Parce que cet endroit et riche en moments incongrus, en personnalités loufoques, on pourrait y passer des heures rien qu’à observer. Alors, certes il y a des choses que j’ai moins aimé, la pauvreté de certains, la détresse d’autres, le musée des horreurs avec des êtres humains (dont un nain, et je vous en passe no coment) mais dans son ensemble cet endroit et un condensé d’originalité et de folie qui pousse à lâcher prise et profiter de l’instant présent, observer et contempler.

 

On a ensuite fait notre première sortie en vélo tandem, direction Santa Monica, on a longé la plage, au coucher de soleil comme dans les films, du pur bonheur. On a fait plusieurs stops en route, pour accorder nos pédales, profiter de la vue, notamment sur le petit parc d’attraction si atypique. Il y a pleins de choses qu’on a pas faites, comme dans tout début de voyage la hâte nous a fait reprendre la voiture direction de nouvelles découvertes, impatients de croquer ce voyages à pleines dents, boulimiques d’aventure, assoiffés du lifestyle Californien.

 

 

Avec le recul je crois que j’aimerais passer quelques jours dans ce coin là, sortir le matin prendre un café, flâner sur la plage, le long des canaux, découvrir des petits restaurants et profiter à cent pour cent de cet endroit. C’est certainement quelque chose que je prendais le temps de faire une prochaine fois, parce c’est sur je reviendrais en Californie.

 


Découvrir Los Angeles, flâner dans la ville

 

Los Angeles, la mythique ville de LA… On l’a arpentée à pieds, en voiture, on a flâné, découvert des ruelles, des grandes avenues, l’architecture, les endroits loufoques, les petits cafés tendances, les starbucks commerciaux, les mythiques lettres Hollywood, les étoiles célèbres, on a bien profité, mais finalement sans trop aimer. Alors, ceux qui adorent et ils sont nombreux ne comprendront pas, mais je crois que j’attendais tellement de cette ville qu’elle a fini par me décevoir. Pourtant j’ai mis de la bonne volonté, mais certaines choses ne m’ont pas plu à commencer par les inégalités, la pauvreté et la détresse sociale dans les rues qui m’a sautée aux yeux et marquée, en décalage avec la consommation et l’abondance Américaine.

 

Alors oui je sais on a loupé pleins de trucs chouettes, parce qu’on été trop pressés d’aller surfer et découvrir les plages, et c’est peut être ces choses là qui nous auraient fait adorer LA. Du coup je garde que le bon, et je me dis que je découvrirais son autre visage à mon prochain voyage ici… Et comme il n’y a pas que des points négatifs, j’ai adoré :

  • Downtown LA pour ses grands buldings saisissants
  • Union station une des dernière grande gare du pays et très belle.
  • le Grand Central Market où on a merveilleusement bien mangé (Ramen Hood) et bu un café délicieux (G&B coffee)
  • El pueblo de los Angeles et son ambiance joyeuse et festive quand on y est passés. Son petit marché et boutiques dans la rue principale Olvera street et la maison Avila Adobe plus ancienne maison de la ville. Aux alentours vous trouverez de nombreux bâtiments qui dénotent avec l’architecture Américaine et moderne, comme “Pico House”, moi j’ai adoré ce mélange.

Et j’en oublie, il y a tellement à faire dans cette ville !

 

 

En fait la prochaine fois parce que je suis certaine qu’il y en aura une je prendrai le temps de découvrir le LA de tous ceux qui l’adorent et me laisser convaincre, parce qu’il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis. Malgré ça vous remarquerez dans les photos que j’ai pris beaucoup de plaisir à photographier LA, l’architecture, les curiosités, constructions, personnes, j’avais envie d’immortaliser les petits détails, comme les grands espaces et buildings impressionnants.

 

 

 

 

J’ai ce besoin d’immortaliser ces endroits, ces détails, souvent sous toutes les coutures parce qu’ils sont aux antipodes de mon quotidien, de la ville où je vis, et parfois si semblables, j’affectionne ces contrastes ou similitudes qui te sautent à la figure pendant un voyage, qui viennent te bouleverser, te questionner, et surtout qui te donnent cette sensation que le monde est ta maison, que partout tu te retrouves un peu chez toi, libre de tes mouvements, de tes ressentis.

Finalement ce que j’aime c’est ces moments de vies et ces petites routines que l’on se crée et recrée en voyage parfois si différentes de celles que l’on peut avoir au quotidien, ces expériences nouvelles, ces repères que l’on retrouve, ces souvenirs que l’on se fabrique et je crois que c’est ça qui me rend complètement addict. Et puis au fond même si j’ai moins aimé un endroit, même si il ne ressemble pas à ce que je m’étais imaginé, j’essaie de l’apprivoiser et de le découvrir sous tous ces angles et pour ça parfois il faut parfois plus de temps que prévu, et c’est mon unique petit regret à Los Angeles, ne pas avoir assez pris le temps.

  • Où dormir en Van à LA ? Où stationner la journée ?

Alors pour stationner la journée c’est assez simple on a mis la main au porte-monnaie et payé des parkings surveillés, avec les planches de surf et notre vie dans la voiture ça valait le coup ! Il y a beaucoup de parkings payants et sécurisés c’est simple à trouver.

Pour dormir la nuit on a pas eu de super plans, on a fait les vagabonds sur le parking du Walmart (et on était pas les seuls, c’est assez rigolo comme expérience), mais aussi du Denny’s (restaurant ouvert H24, je vous laisse imaginer le truc) “meilleure” idée de ce voyage, malgré un surveillant de nuit le bruit et la fréquentation m’ont empêchée de fermer l’oeil, franchement c’était un peu craignos, le Walmart à côté c’est le grand luxe.. Bon c’est mieux que rien et on apprend de ses erreurs !

 

 

 


Hunttington Beach, jolie surprise

 

 

Après deux jours à LA on a roulé vers Huntington beach dont on avait beaucoup entendu parlé, pour le surf, le lifestyle et les paysages. Et ce fut une très belle surprise pour moi, les plages sont belles, les vagues donnaient envie, les petites ruelles aux nombreux bars et restaurants étaient très chouettes, et un vent cool souffle sur cette ville. La balade sur ce ponton à l’Américaine résonne encore en moi, le bruit des vagues, ce beau soleil, et cette ambiance de vacances d’été. Une pause courte, qui nous donnera envie de repasser sur la fin de notre voyage, et de se laisser tenter par un petit surf à Hutington.

 

  • Où dormir en Van à Huntington ? 

Alors on a pas dormi à Huntington même, on a roulé pour trouver sur la route un endroit un peu nature ou se mettre en mode sauvage. Il y a des sites comme celui-ci sur lesquels vous pourrez trouver des endroits ou stationner autorisés, mais sans wifi ni 3G on a parfois un peu galéré.

 

 

 


Un stop à Manhattan beach & Malibu

 

Sur la route on passera par Manhattan beach & Malibu, mythiques plages Californiennes, les cinéphiles qui me lisent ont surement de nombreuses références sur ces plages, et c’est pour cette renommée qu’on y fera un stop. Peut être trop préparés, conditionnés, on aura moins de surprise qu’à Hunttington, Manhattan est un endroit chouette, mais pas exceptionnel selon nous, quant à Malibu beaucoup de grosses maisons et peu de charme, mais ravis d’y avoir fait un stop et de découvrir ces endroits renommés. Je garde le merveilleux souvenir de ce premier repas sauvage en bord de mer sur une falaise, avec la brise du soir face à la mer, vue sur la plage de Malibu et sur un nouveau coucher de soleil qui caractérise bien la Californie ; belle, sauvage et généreuse.

 

 

  • Où dormir en van à Malibu & Manhattan ? 

À Malibu et après on a trouvé deux campings où il était possible de stationner avec le van, ou prendre des douches moyennant quelques dollars.

  1. Thornhill Broome campground face à la mer avec douches & toilettes 35$
  2. RV Park (interdit aux voitures) 40$
  3. Leo Carrillo campground 12$ les douches / 45$ la nuit

 

Alors, ces premiers jours avaient tenus leurs promesses, on était libres, comme l’air finalement, maison sur le dos, au commencement de ce road trip qui présageait d’être un de nos très beaux voyages. Curieux, passionnés et admiratifs, on partait à la découverte d’une petite partie de ce pays immense, qui nous faisait et fait encore rêver. L’aventure ne faisait que commencer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *